Nouvel appel à la grève de la RATP le 25 mars : les TPE-PME ne peuvent s’offrir le luxe d’un nouveau “stop and go”

Actualisation du communiqué de presse du vendredi 18 février 2022

L’organisation patronale francilienne alerte sur la dégradation de l’image d’une région capitale où il serait de plus en plus difficile de vivre, de travailler et de se déplacer en toute liberté.

La CPME Paris Île-de-France regrette la grève massive du 18 février à la RATP, un mouvement social qui pénalise lourdement les entrepreneurs, leurs collaborateurs, leurs fournisseurs et leurs clients à Paris et en Île-de-France, alors que les TPE-PME ne peuvent s’offrir le luxe d’un nouveau “stop and go”.

La grève massive à la RATP est d’autant plus nuisible qu’elle est particulièrement antisolidaire et inopportune

Une grève antisolidaire car décidée par une seule catégorie de travailleurs pour une seule catégorie de travailleurs, aux dépens de tous les autres Franciliens, qu’il s’agisse des travailleurs, qui ne peuvent pas tous télétravailler, ou des vacanciers, au premier jour de leurs vacances d’hiver et d’éventuels départs.

Une grève inopportune car décidée à peine les restrictions sanitaires levées, alors que l’économie francilienne repart moins vite que les autres régions en raison de sa spécialisation économiques dans des secteurs qui peinent à sortir de la crise (tourisme international, culture, événementiel) et après que les acteurs économiques franciliens ont déjà subi les externalités négatives des gilets jaunes, des grèves dans les transports de 2019-2020 et de deux années de crise sanitaire.

Ce mouvement est également très préjudiciable à l’image de Paris. C’est plus de 5 millions de voyageurs qui sont pris en otage, des commerces et des services désertés. Attention à ce que la capitale ne finisse par être perçue comme une ville où il est de plus en plus difficile de vivre, de travailler et de se déplacer en toute liberté toute l’année !”, alerte à nouveau Bernard COHEN-HADAD, Président de la CPME Paris Île-de-France.

La CPME Paris Île-de-France appelle par conséquent l’ensemble des partenaires sociaux concernés à la responsabilité en renouant de toute urgence le fil du dialogue social à la RATP. L’organisation patronale rappelle enfin que le travail doit retrouver une place centrale dans la société et que le soutien à l’activité et à la formation est la meilleure façon de répondre à de nombreuses questions sociales, à commencer par le pouvoir d’achat des Français via leurs salaires.

L’emploi est certainement plus que jamais le meilleur allié du pouvoir d’achat, en créant les conditions de l’augmentation des salaires et à terme de la redistribution des richesses produites.

Vous avez des questions ? Nous contacter.

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu