[Communiqué] La réforme du stationnement des deux-roues à Paris doit enfin faciliter l’activité des entreprises qui opèrent une flotte de deux-roues dans la capitale

La réforme du stationnement des deux-roues à Paris doit enfin faciliter l’activité des entreprises qui opèrent une flotte de deux-roues dans la capitale

Paris, le jeudi 2 juin 2022

Si l’organisation patronale soutient le principe et les objectifs de la réforme, elle attend des élus parisiens des garanties et des avancées pour faciliter enfin significativement l’activité des nombreuses entreprises qui opèrent une flotte de deux-roues à Paris.

La CPME Paris Île-de-France soutient les principaux objectifs de la réforme du stationnement dont le principe a été adopté par le Conseil de Paris le 6 juillet 2021 et notamment la nouveauté du stationnement payant des deux-roues thermiques en surface. Cette dernière, qui entre en vigueur en septembre 2022, devrait en effet contribuer à améliorer la lutte contre les pollutions que les deux-roues thermiques génèrent dans l’espace public parisien (pollution atmosphérique, pollution sonore, “pollution spatiale” au sens d’emprise anarchique des deux-roues sur l’espace public) et qui sont de moins en moins tolérées en ville, tout en encourageant opportunément la généralisation du deux-roues électrique.

L’union territoriale interprofessionnelle dédiée aux TPE-PME appelle toutefois les élus parisiens à saisir l’occasion de cette réforme pour faciliter enfin significativement l’activité des entreprises qui opèrent une flotte de deux-roues à Paris. L’usage du deux-roues étant très fréquent chez les entrepreneurs et leurs salariés pour leurs déplacements dans Paris. Bernard COHEN-HADAD, président de la CPME Paris Ile-de-France, demande à la Ville de Paris :

  • d’étendre le bénéfice de la carte “PRO Mobile” aux professionnels des commerces, des industries, des services et des métiers de l’urgence jusqu’à 5 véhicules ;
  • de veiller à ce que toutes les entreprises de services en bénéficient, quel que soit leur code APE ou NAF ;
  • de créer – enfin – des places de stationnement en surface dédiées et sécurisées en nombre suffisant pour les deux-roues professionnels ;
  • de développer – enfin, là aussi – une infrastructure de bornes de recharge adaptée pour les deux-roues électriques professionnels, ainsi qu’une offre de scooters partagés à l’attention des professionnels ;
  • d’encourager les gestionnaires de parkings souterrains à baisser le tarif horaire pour les deux-roues thermiques professionnels, actuellement 2 fois moins cher que le tarif voiture alors qu’un deux-roues prend 4 fois moins de place.

L’organisation patronale parisienne rappelle au demeurant qu’elle se félicite de l’entrée en vigueur à partir de 2023 du contrôle technique obligatoire bisannuel des deux-roues motorisés, afin d’améliorer la sécurité routière et la lutte contre les pollutions évitables, tout particulièrement celles émises par de petites cylindrées, un enjeu majeur de santé publique en zone urbaine.


“Pour soutenir les alternatives aux véhicules thermiques individuels, je crois néanmoins qu’il faille aller encore plus loin, en mettant fin aux politiques de mobilité punitives et en améliorant tous les vecteurs de l’intermodalité responsable à Paris et en Île-de-France”, conclut Bernard COHEN-HADAD.

Nous contacter

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu