Culture : trois propositions “coup de pouce” pour éviter le coup de grâce !

Paris, le mardi 12 octobre 2021

Face à la double persistance des difficultés du monde de la culture et des nouvelles pratiques culturelles des Français, la CPME Paris Île-de-France plaide pour aider les entreprises culturelles à se relever et trouver leur nouvel équilibre.

La CPME Paris Île-de-France plaide pour un nouveau “coup de pouce” aux entreprises culturelles afin de relancer l’emploi des différents secteurs artistiques et de redynamiser le modèle culturel français, alors que la crise sanitaire de la Covid-19 a lourdement impacté le monde de la culture et que perdurent les nouvelles pratiques culturelles acquises par les Français en temps de confinement.

La crise sanitaire de la Covid-19 a lourdement impacté le monde de la culture, tout particulièrement en Île-de-France, région culturelle par nature qui concentre 45% de l’emploi culturel national. Tous les artistes et professionnels de tous les secteurs et filières de la culture ont été durablement ébranlés par les fermetures administratives, la suppression puis le télescopage des programmations décalées et le tarissement des flux touristiques.

Or cette crise n’a pas été une simple parenthèse mais une véritable étape pour l’évolution des pratiques culturelles. Les nouvelles pratiques acquises en temps de confinement perdurent en effet, y compris chez les personnes âgées de plus de 60 ans et les plus modestes, alors que l’accès à la culture de sortie et aux biens culturels physiques est à nouveau possible : pratiques en amateur, consultation de ressources culturelles numériques, etc.

Ainsi, en dépit d’un effort sans précédent des pouvoirs publics pour soutenir les artistes et les professionnels ainsi qu’aider les entreprises (environ 12 milliards d’€, dont 2,5 milliards d’€ du fonds de solidarité, 2,4 milliards d’€ de PGE et le dispositif de “l’année blanche” en faveur des intermittents en fin de droit au chômage), “le secteur culturel ne s’est pas encore relevé de la crise sanitaire” selon Bernard COHEN-HADAD, président de la CPME Paris Île-de-France. “L’emploi et la transmission des savoir-faire sont en danger”, ajoute-il. Les difficultés persistent, parfois même empirent : nécessaire, l’entrée en vigueur du passe sanitaire en août n’en aura pas moins contribué à faire chuter la fréquentation des salles de cinéma… Pour relancer l’emploi des différents secteurs artistiques et redynamiser le modèle culturel français, “les pouvoirs publics (Etat, régions et autres collectivités) et l’ensemble des parties prenantes doivent maintenant investir les différents champs d’action des politiques culturelles, de la création à l’éducation artistique, en passant par la diffusion, les actions culturelles et transversales, etc.”, recommande le président de l’organisation patronale francilienne.

A cette fin, la CPME Paris Île-de-France formule trois propositions prioritaires :

  • dessiner une nouvelle géographie de l’attractivité culturelle par une meilleure irrigation des territoires en encourageant l’événementiel culturel de proximité ;
  • favoriser le mécénat culturel d’entreprise des TPE-PME pour faciliter le financement des projets culturels locaux ;
  • accompagner l’accélération de la transformation numérique de l’offre culturelle pour conquérir de nouveaux publics et créer ainsi un relais de croissance post-confinement, et non pas seulement un expédient de confinement.

“Sans oublier, bien sûr, le défi plus global de la démocratisation de l’accès à la culture : une culture de tous, par tous et pour tous”, rappelle Bernard COHEN-HADAD. “N’oublions pas non plus qu’accompagner les entreprises culturelles c’est soutenir un patrimoine culturel matériel et immatériel qui contribue au rayonnement international de la France et à l’attractivité de la région capitale à travers le monde” conclut-il.

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu