Retour

Tout sauf un reconfinement général, qui ne saurait être qu’un ultime recours

Ile-de-France
confinement

Au moment où est évoquée l’option d’un reconfinement, l’organisation patronale dédiée aux TPE-PME franciliennes réitère sa position responsable : éviter par tout moyen un reconfinement général.

Alors que l’état d’urgence sanitaire est prorogé et que monte la musique d’un reconfinement deux semaines après l’entrée en vigueur du couvre-feu nocturne en zone d’alerte maximale, la CPME Paris Île-de-France réitère sa position constante et responsable : compte tenu de ses graves conséquences prévisibles pour l’économie francilienne, un reconfinement général ne saurait être qu’un ultime recours, après avoir épuisé l’ensemble des mesures restrictives alternatives permettant de concilier tant bien que mal la santé avec la continuité de l’activité économique régionale, et s’il s’avérait strictement nécessaire, adapté et proportionné pour freiner la propagation du virus Covid-19 à Paris et en Île-de-France.

Si le président de la CPME Paris Île-de-France Bernard COHEN-HADAD renouvelle son soutien sans condition aux mesures restrictives déjà prises et qui pourraient encore l’être, il en appelle aussi à l’esprit civique et à la responsabilité individuelle et collective de tous les Franciliens pour respecter les gestes barrières et le port obligatoire du masque dans tous les lieux publics, clos et ouverts.

Il rappelle que les TPE-PME franciliennes ont été proactives pour adopter, respecter et faire respecter les gestes barrières, les protocoles sanitaires et les aménagements du travail, comme les horaires décalés et le télétravail (⅔ des télétravailleurs franciliens sont des primo-accédants au télétravail). Parce que toutes les activités ne sont pas télétravaillables (30 à 40% des services le sont en Île-de-France), Bernard COHEN-HADAD a d’ailleurs, dans le cadre du suivi du protocole interprofessionnel et intersyndical signé en septembre pour organiser le recours aux transports en commun en Île-de-France, appelé le syndicat des transports Île-de-France Mobilités à augmenter l’offre de transports en commun entre 20h et 21h pour les désengorger dans l’heure précédant l’entrée en vigueur du couvre-feu.