Retour

Position sur l’interdiction du chauffage des terrasses

Paris

Mis à jour le

Interdiction du chauffage des terrasses ouvertes au printemps 2021 : la CPME Paris Île-de-France appelle à une concertation responsable avec les professionnels pour trouver des alternatives

Si la CPME Paris Île-de-France approuve le principe de l’interdiction à terme du chauffage des terrasses ouvertes, son président, Bernard COHEN-HADAD, regrette la méthode de l’annonce et le calendrier de l’entrée en vigueur de la mesure.

Il appelle les pouvoirs publics à une concertation responsable avec les professionnels de la restauration et des gérants de débits de boissons pour les accompagner techniquement, juridiquement et financièrement, et trouver des alternatives dans le cadre d’une relance “verte” moins brusque et plus graduelle.

La CPME Paris Île-de-France partage la volonté de la Convention citoyenne pour le climat et de la Ministre de la transition écologique Barbara POMPILI de réduire les émissions de gaz à effet de serre. Elle entend par ailleurs depuis plusieurs années les demandes formulées par les élus écologistes parisiens et franciliens. Elle suit enfin attentivement les initiatives de certaines municipalités : les réflexions menées à Angers ou Bordeaux et la mise en application à Rennes.

L’organisation patronale regrette toutefois la méthode de l’annonce et le calendrier de l’entrée en vigueur de la mesure :

  • une méthode brusque contraire au “nouveau chemin” du quinquennat, tracé par le Président de la République et le Gouvernement, et présenté sous le signe d’un renforcement du dialogue social et territorial ;
  • un calendrier à contretemps économique et sanitaire, alors que les professionnels de la restauration et des débits de boissons se battent pour leur survie, après avoir été contraints de fermer pendant l’état d’urgence sanitaire, et tandis que l’incertitude entourant l’évolution de la situation épidémique ne permet pas à moyen terme de substituer les espaces publics clos aux terrasses ouvertes.

Alors que les professionnels d’Île-de-France souffrent déjà douloureusement des conséquences cumulées des crises des gilets jaunes (2018), des grèves dans les transports (2019) et du coronavirus, et que les terrasses chauffées représentent en moyenne 30% du chiffre d’affaires des 12 500 établissements qui en sont dotés à Paris, Bernard COHEN-HADAD appelle les pouvoirs publics à “une concertation responsable avec les professionnels de la restauration et des gérants de débits de boissons pour les accompagner techniquement, juridiquement et financièrement, et trouver des alternatives, dans le cadre d’une relance “verte” moins brusque et plus graduelle, à l’instar par exemple de l’isolation des terrasses.

Il en va pour lui de “l’efficacité de la mise en oeuvre d’une telle mesure [qui] implique l’adhésion de l’ensemble des parties prenantes”.