Retour

Le plan de relance pour l’apprentissage

Apprentissage

Mis à jour le

Le 4 juin 2020, Emmanuel Macron et une partie des membres du Gouvernement ont réuni les partenaires sociaux, dont la CPME, pour réfléchir à des voies protection de l’emploi et de l’insertion professionnelle des jeunes dans le cadre du Covid–19.

Parmi les annonces fortes, un plan de relance de l’apprentissage.

L’aide financière à l’embauche d’un apprenti est élargie

Les recrutements d’apprentis qui ont lieu entre le 1er juillet 2020 et le 28 février 2021 permettraient aux employeurs recruteurs de toucher une aide financière revalorisée :

  • 5 000 € pour les apprentis âgés de moins de 18 ans ;
  • 8 000 € pour les apprentis âgés de plus de 18 ans.

De fait, les apprentis âgés de moins de 21 ans ne représentent aucun coût pour l’entreprise. À partir de 21 ans, cela représentera un reste à charge de 175 € par mois.

De plus, l’accès à cette aide au recrutement d’un apprenti, qui concerne aujourd’hui uniquement les entreprises de moins de 250 salariés sera élargi à toutes les entreprises (la règle des 5% d’alternants dans les entreprises de plus de 250 salariée est maintenue).

Enfin, l’aide qui était jusqu’à maintenant limitée aux contrats d’apprentissage pour des formations inférieure ou égale au baccalauréat, serait désormais élargie jusqu’à la licence professionnelle.

Le délai pour signer un contrat passe de 3 à 6 mois

Autre mesure proposée par le Gouvernement, l’extension du délai de signature du contrat d’apprentissage, passant de 3 à 6 mois. L’objectif est de permettre aux apprentis de ne pas subir les potentiels impacts sur les tendances du marché de l’emploi.

La garantie d’au moins une offre d’apprentissage sur Parcoursup

Muriel Pénicaud a également demandé une « mobilisation territoriale », pour que chaque élève ayant fait un vœu d’une formation en apprentissage ait à minima la possibilité d’accéder à une offre d’emploi.