Retour

Plan de relance : position de la CPME Paris Ile-de-France

Ile-de-France
Le plan de relance a été présenté ce jeudi 3 septembre midi par le Gouvernement. Divisé en 3 priorités et en 70 mesures, la distribution des 100 milliards d’euros fait de la compétitivité des entreprises françaises un axe majeur. Le programme de la relance tel qu’il a été annoncé prévoit 35 milliards d’euros pour la compétitivité du pays. Cela correspond à ce qu’avait annoncé le Premier Ministre et le Ministère de l’Économie.

La CPME Paris Île-de-France se félicite que le Gouvernement s’engage fortement et durablement aux côtés des TPE-PME mais attend plus de simplifications.

Suite à la présentation du plan “France Relance” de 100 milliards d’€ qui sera adossé aux budgets de l’État pour 2021 et 2022, la CPME Paris Île-de-France salue l’engagement fort et durable du Gouvernement aux côtés des TPE-PME mais appelle à une mise en oeuvre du plan territorialisée au niveau des régions et simplifiée au plan administratif.

Pour Bernard COHEN-HADAD, président de la CPME Paris Île-de-France :

Le choix d’une relance par l’offre équilibrée entre court et moyen terme est pertinent car c’est à 95% l’entreprise qui crée de l’emploi et de la croissance, donc de la redistribution sociale. Et le choix d’un soutien puissant aux TPE-PME, en fléchant vers elles un quart des investissements productifs, est indispensable alors que le retour aux niveaux d’activités économiques 2019 n’est pas attendu avant 2022 et que la situation des indépendants, traditionnellement mal protégés par le modèle social français, est particulièrement préoccupante.

Parmi les mesures du plan, la CPME Paris Île-de-France salue notamment le report au 1er novembre du durcissement des conditions du chômage partiel  (le taux de remboursement par l’État doit passer de 85% à 60%) qui devait intervenir le 1er octobre et au 1er janvier 2021 pour les secteurs de l’événementiel, du tourisme et de la restauration ; la poursuite de l’effort pour l’activité partielle de longue durée ; l’extension des délais de remboursement des PGE par les PME au-delà de la 1ère année, avec des taux d’intérêt bas compris entre 1% et 3% ; la mise en place d’un nouveau système d’emprunts à long terme (7 ans) avec une garantie de l’État ; l’extension de la prime de 4 000 € pour l’embauche d’un jeune de moins de 26 ans à toutes les personnes en situation de handicap, sans limite d’âge, pour tout contrat de travail signé entre le 1er septembre 2020 et le 28 février 2021 ; la baisse pérenne des impôts de production tout particulièrement favorable aux TPE-PME ; et la numérisation à grande échelle des TPE-PME

Compte tenu de la situation de l’Île-de-France, l’organisation patronale salue aussi les investissements accrus vers les transports du quotidien et la rénovation des quartiers commerciaux.

La CPME Paris Île-de-France appelle toutefois à une mise en oeuvre territorialisée et simplifiée du plan “France Relance”. Elle souhaite qu’une part significative du plan soit tournée vers les attentes des territoires, notamment de la Région capitale, dont les 1,2 million d’entreprises ont besoin d’être accompagnées dans la durée pour sauvegarder les 6,5 millions d’emplois salariés et non salariés. Elle souhaite également que le Gouvernement et le Parlement s’engagent sur une simplification administrative et juridique des modalités de mise en oeuvre du plan. Bernard COHEN-HADAD appelle ainsi de ses voeux “que les milliards du plan de relance fléchés vers le verdissement de l’économie ne soient pas synonymes de nouvelles normes contraignantes pour les TPE-PME, et que les parlementaires ne complexifient pas le projet de plan dans le cadre de la discussion du budget pour 2021”.

Pour répondre aux questions et aux attentes des TPE-PME et des indépendants de Paris et de l’Île-de-France, la CPME Paris Île-de-France réactive jusqu’à la fin de l’année la cellule d’accompagnement et de conseil qu’elle avait mise en place dès le 16 mars dernier au 01 56 89 09 30.