Votation du 4 février sur les SUV : la CPME Paris vote “contre” le triplement des prix de stationnement

31 Jan 2024 | Actualités, Communiqué, Positions

L’union territoriale interprofessionnelle appelle au contraire la Ville de Paris à tout mettre en œuvre pour faciliter la circulation et le stationnement dans Paris de tous les professionnels.


Les électeurs parisiens sont appelés à se prononcer le 4 février “pour” ou “contre” l’augmentation des prix de stationnement pour les SUV : “Pour ou contre la création d’un tarif spécifique pour le stationnement des voitures individuelles lourdes, encombrantes, polluantes ?”.


En cas de votation positive, la tarification du stationnement pour un véhicule SUV serait triplée par rapport à celle applicable à un véhicule normal. La mesure concernerait les visiteurs détenteurs d’un SUV dépassant le poids réglementaire, les propriétaires d’un véhicule thermique ou hybride rechargeable de plus d’1,6 tonne, ainsi que les propriétaires de tout type de véhicule de plus de 2 tonnes. Elle ne concernerait pas, en revanche, les résidents parisiens et les professionnels sédentaires stationnés dans leur zone de stationnement autorisés, les artisans, professionnels de santé et éligibles au tarif pro, les personnes à mobilité réduite et titulaires d’une carte mobilité inclusion, ainsi que les chauffeurs de taxi dans les stations dédiées.


La CPME Paris vote “contre” le triplement des prix de stationnement pour les SUV. Pour Bernard Cohen-Hadad, Président de la CPME Paris, “le triplement de la tarification du stationnement des véhicules SUV serait d’autant plus inacceptable qu’il est injuste, puisque les exonérations prévues ne concernent que les professionnels déjà éligibles au tarif pro, ainsi que les professionnels sédentaires circulant et stationnant dans leur seule zone de stationnement“.


L’union territoriale interprofessionnelle dédiée aux TPE-PME appelle plutôt la Ville de Paris :

  1. à faciliter la circulation et le stationnement dans Paris de tous les professionnels des commerces et des services (“professionnels sédentaires”, “professionnels mobiles”, “professionnels livreurs”, “professionnels de santé”, “professionnels de soins à domicile”), en généralisant le tarif résidentiel professionnel à la plupart des activités professionnelles, quel que soit leur code APE ou NAF ;
  2. à garantir que la voiture puisse demeurer un moyen de déplacement efficient dans Paris pour tous ces professionnels, ainsi que leurs collaborateurs, qui en ont besoin au quotidien ;
  3. à favoriser l’intermodalité des moyens de transport à Paris.
1ère organisation patronale

Rejoignez
la 1ère organisation représentative
des chefs d’entreprises

Partager ce contenu