Les pertes d’emploi des chefs d’entreprise en hausse

L’association GSC (Gestion Sociale du Chef d’entreprise) et Altares, publiaient récemment les chiffres de l’Observatoire de la perte d’emploi des dirigeants d’entreprise du 1er semestre 2022, période au cours de laquelle on enregistre une hausse de près de 30% des pertes d’emploi des chefs d’entreprise.

Des chiffres en hausse

Au total, ce sont 18 519 chefs d’entreprises qui ont perdu leur emploi depuis début 2022. Ce chiffre est à la hausse par rapport à 2021 (+28,9 %). Ces chiffres concernent essentiellement les TPE/PME. En effet, 75 % de ces pertes d’emploi concernent les dirigeants de TPE de moins de 3 salariés, déclarant moins de 500 000 € de chiffres d’affaires. Près de la moitié des dirigeants touchés sont des gérants de SARL, un chiffre encore une fois à la hausse depuis 2021.

Pour le président de l’association GSC, ces chiffres “renouent progressivement avec les niveaux d’avant crise”. La situation internationale, les problèmes d’approvisionnement et l’inflation sont facteurs d’incertitudes pour les entrepreneurs qui doivent “inciter à la vigilance”.

Les chefs d’entreprise de l’hôtellerie/restauration profondément touchés

Une situation qui se dégrade considérablement pour le secteur de l’hôtellerie et de la restauration puisque les pertes d’emploi des entrepreneurs ont augmenté de 60,8 % au 1er semestre 2022. Ce chiffre pourrait notamment s’expliquer par la tension du secteur, où le recrutement de collaborateurs se fait de plus en plus compliqué.

Globalement, les entreprises spécialisées dans les activités “BtoC” (activité commerciale destinée aux clients hors entreprises) sont les plus impactées : hébergement, restauration, débits de boisson, services aux particuliers, commerce…

L’Ile-de-France enregistre un chiffre de pertes d’emploi des chefs d’entreprise légèrement à la hausse

La région Ile-de-France est le territoire observant le plus de perte d’emploi d’entrepreneurs puisque 3697 entrepreneurs franciliens ont connu cette situation au S1 2022. Cependant, toute proportion gardée la situation est plus stable que dans toutes les autres régions. En effet, l’Ile-de-France enregistre une augmentation de 10,2% des pertes d’emploi, contre 28,9 % à l’échelle nationale. C’est dans la région des Hauts-de-France que la situation est critique puisqu’elle subit une hausse de 63,4 %.

Un deuxième semestre 2022 qui s’annonce difficile ?

En juin dernier, la CPME anticipait une montée des défaillances d’entreprise. Les chiffres des pertes d’emploi des entrepreneurs étant particulièrement bas (environ 30 000 défaillances recensées), ils devraient ainsi revenir à leur niveau d’avant crise (environ 50 000). La fin des dispositifs de soutiens aux entreprises par l’État prenant fin petit à petit, il faut s’attendre à “une montée de la sinistralité… ce qui est normal même si c’est dramatique déclarait François Asselin, président de la CPME.

La GSC, un dispositif de soutien aux chefs d’entreprise

Afin d’anticiper les risques de pertes d’emploi des chefs d’entreprise et de protéger vos revenus, la GSC, assurance perte d’emploi des dirigeants d’entreprises, vous propose des solutions. À l’inverse des salariés, les dirigeants d’entreprises ne sont généralement pas couverts par l’assurance-chômage Pôle emploi.

La GSC assure une indemnité proportionnelle aux revenus antérieurs aux dirigeants mandataires sociaux, travailleurs non-salariés, entrepreneurs individuels, créateurs/repreneurs d’entreprises en cas de perte involontaire de leur emploi.

Adhérer à la CPME Paris Ile-de-France vous permet de souscrire à l’assurance perte d’emploi proposée par l’association GSC. Cette assurance couvre le dirigeant d’entreprise dans tous les cas de perte involontaire d’emploi, à la suite des événements suivants :

  • Événements concernant le dirigeant mandataire social : révocation du dirigeant mandataire social, non-renouvellement du mandat prononcé à l’encontre du dirigeant mandataire social.
  • Événements touchant l’entreprise sur décision judiciaire : redressement judiciaire de l’entreprise, liquidation judiciaire, jugement arrêtant un plan de cession.
  • Événements touchant l’entreprise sur décision amiable sous contrainte économique : dissolution anticipée, cession, fusion absorption, restructuration profonde.

Pour lire l’étude complète rendez-vous sur le site de la GSC.

Vous souhaitez avoir plus d’informations sur l’assurance GSC ? Contactez-nous !

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu