Plan de sobriété énergétique : de quoi s’agit-t’il ?

Le Gouvernement demande un plan de sobriété énergétique à chaque entreprise

“L’heure est grave mais elle n’est plus au constat, elle est à l’action résolue” affirme Elisabeth Borne, face au risque grandissant d’une pénurie de gaz et d’électricité à l’hiver prochain. Le marché de l’électricité est plus que jamais sous tension, pris sous le feu du conflit entre la Russie et l’Ukraine. À l’heure de la flambée du prix de gros de l’électricité, de l’essence et du gaz, le Gouvernement en appelle à la sobriété pour les entreprises.

Lors de ce discours, elle a appelé toutes les entreprises françaises à préparer, courant septembre, un plan de sobriété énergétique avec pour objectif une réduction de 10% des consommations.

La Première ministre appelle notamment à « arrêter dès maintenant toutes les consommations d’énergie qui ne sont pas indispensables. » Ainsi, Élisabeth Borne invite les entreprises à nommer « un ambassadeur de la sobriété dans chaque entreprise » sur le modèle des référents Covid-19, un dispositif qui avait « bien fonctionné ».

Plan de sobriété énergétique : qu’est-ce que cela signifie ?

Annoncé au début de l’été 2022, le plan de sobriété énergétique est destiné à mettre un terme à notre dépendance aux énergies fossiles et réduire de 40 % la consommation d’énergie d’ici 2050

Dans ce cadre, des groupes de travail sur la sobriété énergétique ont été lancés cet été. Un groupe de travail “Entreprise et organisation du travail” a été établi avec les organisations professionnelles et les fédérations professionnelles.

Une première réunion a mis en exergue les leviers pour faire évoluer les entreprises dans le bon sens. Les premiers leviers évoqués concernent la mobilité (au coeur même de l’actualité énergétique…), la gestion des bâtiments d’entreprise et des mesures d’accompagnement à venir.

Plus d’informations sur le contenu des échanges du groupe de travail “Entreprises et organisation du travail” pour le plan de sobriété énergétique ici.

Des “contraintes de bon sens” pour les entreprises

Les entreprises qui ne se transformeront pas “verront leurs parts de marché et leur opportunité, leur attractivité et leur capacité à recruter des talents, se réduire jusqu’à disparaître”. Le thème est tout tracé, Elisabeth Borne parle de “ contrainte de bon sens «  et de faire des  » économies choisies plutôt (qu’un) rationnement subi « . Ainsi, le plan devrait permettre d’éviter la mise en place de futures mesures pénalisantes. La Première ministre a évoqué la possibilité de coupures brutales de gaz, du jour au lendemain, si les objectifs posés ne sont pas réalisés. Dans ce contexte, les entreprises seraient les premières touchées par un rationnement.

Comment mettre en place votre plan de sobriété énergétique ?

Vous êtes une TPE/PME et vous cherchez comment mettre en place un plan de sobriété énergétique ? La CPME Paris Ile-de-France vous compile les pistes de solutions pour votre entreprise.

Nommer un “ambassadeur de la sobriété”

« Ce modèle avait bien fonctionné avec les référents Covid », a estimé la Première ministre. Si l’on se base sur ce qu’étaient les référents Covid en entreprise, voici ce qu’il faut savoir sur un ambassadeur de la sobriété :

  • Il a pour mission de veiller à la mise en œuvre des mesures définies et d’informer les salariés.
  • Dans les entreprises de petite taille, il peut être le dirigeant.

Un plan à définir en plusieurs axes d’amélioration :

Un plan d’action efficace doit se baser sur un diagnostic le plus complet possible des consommations actuelles d’énergie et de matières première de votre activité, et de leur impact carbone.

Nous vous conseillons d’évaluer les différents aspects de votre activité, et les économies possibles, en suivant les items ci-dessous.

  • Votre production : Quelles sont les matières première utilisées dans vos process ? Existe-t-il des alternatives moins énergivores ? Pouvez-vous réduire la consommation d’énergie en modifiant vos outils de productions (machines-outils, etc.) ?
  • Vos locaux : Quel est le niveau d’isolation de vos locaux professionnels ? Une rénovation énergétique est-elles possible ? Quelles économies peuvent être réalisées dans les consommations du quotidien (éclairage, chauffage, consommation d’eau…) ?
  • Mobilité et télétravail : Vos véhicules professionnels peuvent-ils être moins énergivores ? Comment se déplacent vos collaborateurs dans leur trajets domicile-travail ? Pouvez-vous les inciter aux mobilités douces (vélos, marche à pieds, covoiturage…) ? Le télétravail permet-il de réaliser des économies substantielles ?
  • Numérique : Pouvez-vous mettre en place des éco-gestes numérique pour réduire votre empreinte énergétique ? Pour exemple : éteindre et/ou débrancher ses appareils lorsqu’ils ne sont plus utilisés, limiter la connexion sur la bande passante (éviter les “streaming” de vidéos, couper la webcam…), privilégier une connexion filaire à une connexion sans fil.

Votre fournisseur d’énergie peut vous donner les outils pour suivre précisément votre consommation d’énergie et analyser son évolution. Vous pouvez en savoir plus sur www.edf.fr/entreprises

Mobiliser vos équipes et mesurer l’impact des initiatives

Pour chaque action de votre plan, définissez les personnes impliquées dans leur mise en oeuvre et fixer une échéance (ou des jalons de réalisation que vous pourrez évaluer). Et communiquez auprès de tous vos collaborateurs sur vos engagements et vos résultats pour qu’ils soient partie prenante de cette démarche RSE.

Besoin d’identifier des financements ou des partenaires pour mettre en oeuvre votre plan d’action ?

La CPME Paris Île-de-France peut vous accompagner pour identifier les dispositifs adaptés à vos projets. Contactez-nous.

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu