Retour

Retour sur la Conférence pour la Relance de l’Économie Parisienne

Paris

Le lundi 8 février 2021 s’est déroulé, à la Mairie de Paris, la Conférence pour la Relance de l’économie parisienne. Lancé à l’initiative d’Anne Hidalgo, l’événement réunissait les acteurs économiques parisiens, dont la CPME Paris Ile-de-France ainsi que les acteurs territoriaux.

La conférence pour la relance économique

La première table ronde qui portait sur les conséquences de la crise économique et animée par le journaliste Emmanuel Ostian, a permis de rappeler la situation des TPE-PME à Paris et en Ile-de-France afin de construire un plan de relance territorialisé et adapté au tissu économique local.

Renforcer l’accompagnement des jeunes et des publics éloignés de l’emploi

Engagement majeur de la CPME Paris Ile-de-France, la question de l’insertion des jeunes sur le marché du travail est plus que jamais un sujet d’actualité.

La situation de l’emploi à l’échelon national, comme à Paris est avant tout corrélée à la santé économique des entreprises, et surtout des TPE et PME. La Ville de Paris peut avoir un rôle à jouer dans le soutien de l’activité économique pour stimuler la création d’emploi dans les petites et moyennes entreprises parisiennes.

Bernard Cohen-Hadad, Président de la CPME Paris Ile-de-France, a rappelé cette situation et émis des propositions afin de permettre à nos TPE-PME de recruter.

Faire du numérique un levier de relance économique

La CPME Paris Ile-de-France plaide pour faire du numérique un outil de relance économique. Si le développement du e-commerce est un chantier important, il est également crucial de permettre aux entreprises de se digitaliser de façon intégrale (gestion des relations clients, facturation…).

De la même manière, le télétravail doit être repensé afin de permettre aux entreprises et aux salariés de télétravailler dans les meilleures conditions. C’est d’ailleurs l’objet de la tribune publiée dans le Monde et co-signée par les partenaires sociaux franciliens.

Que prévoit le plan de relance parisien ?

Créer une foncière pour soutenir les commerces de proximité et les hôtels indépendants

Cette foncière “Commerces” avec son agence unique de gestion aura notamment pour objet de racheter temporairement des actifs (murs et fonds de commerces) pour permettre aux commerçants d’avoir des liquidités pendant la crise, avec une option de rachat une fois la crise passée. L’an passé, rappelons que 46 000 commerces dits “non essentiels” sont restés fermés en mars-avril et en novembre 2020, ou ont limité leur activité à de la vente à emporter. Ces mesures devraient ainsi pouvoir aider un grand nombre de commerçants et d’hôteliers.

Lancer un fonds de soutien en direction du secteur du tourisme

Un fonds doté de plus de 80 M€ va être mis en place pour accompagner des TPE et PME de tourisme en leur offrant une solution en quasi fonds propres entre 50 000 et 400 000 €. Paris a énormément souffert de la baisse du nombre de touristes étrangers et de la chute du tourisme d’affaire. Ainsi, au mois de novembre 2020, le taux d’occupation de l’activité hôtelière n’était que de 8% contre 83 % en 2019. Ce fonds devrait permettre d’apporter une bouffée d’oxygène au secteur du tourisme.

Accompagner les entreprises dans la relance

Les entreprises parisiennes pourront être accompagnées à travers trois axes : le développement économique et leur attractivité ; la transition écologique et numérique ; l’emploi, l’enseignement et la formation. Des actions concrètes vont être lancées dès 2021 avec la mise en place de kiosques pour accompagner les TPE/PME, de soutien psychologique aux chefs d’entreprise, et d’ accompagnement à la digitalisation et à la transition écologique des entreprises. Et si la crise sévit, Paris a vu en 2020 des signes encourageants avec 8 700 créations d’entreprises, un niveau très important avec un pic à l’automne dans les domaines de la livraison de biens ou de repas à domicile, ou encore la logistique pour la livraison de commandes digitales.

Créer un observatoire de l’activité et de l’emploi parisien

Lancé à l’initiative par la Ville de Paris, cet observatoire, dont la CPME Paris Ile-de-France est membre, réunira régulièrement les différents acteurs impliqués dans les secteurs les plus affectés par la crise. Il a vocation à produire des notes de conjonctures trimestrielles et des notes thématiques. Laboratoire d’analyse des indicateurs, il permettra d’identifier les signaux faibles et forts afin d’anticiper les mutations de l’économie parisienne et d’adapter les politiques publiques.

Privilégier les PME/TPE ou des acteurs de l’ESS dans les commandes publiques de la Ville

La Ville continuera demain de prendre toute sa place pour relancer son économie à l’aide de mesures concrètes, en lançant, dès la mi-2021, un nouveau schéma de la commande publique, un “Small business act” parisien, pour offrir plus de débouchés pour les TPE/PME et les structures de l’économie sociale et solidaire (ESS) francilienne.
Aujourd’hui, 80% des fournisseurs de la Ville de Paris sont des TPE/PME, pour 50% du montant total des achats réalisés, résultat des efforts poursuivis depuis 2014. Afin de mettre en place ce “Small business act” parisien, la Ville prend l’engagement suivant sur la prochaine mandature : 9 prestataires de la Ville sur 10 devront être des PME/TPE ou des acteurs de l’ESS.

Relancer un nouveau programme d’investissement de 1,4 milliards d’euros

La Ville va investir 1,4 Mds€ en 2021 qui contribuera à fournir des débouchés indispensables pour soutenir l’activité des entreprises. Ce programme contribuera à la transformation durable de la ville, notamment la végétalisation des Champs-Elysées ou de la porte de la Chapelle, la baignade dans la Seine en vue des JOP 2024, ou encore la création de nouvelles pistes cyclables sur tout le territoire.