[Communiqué de presse] Le Préfet de police change mais les problèmes de sécurité économique perdurent : organisons des “états généraux de la démocratie et de la sécurité économique à Paris”

A l’occasion du changement de Préfet de police de Paris, l’union territoriale interprofessionnelle dédiée aux TPE-PME renouvelle son appel à prévenir et réduire les violences récurrentes commises en marge des événements et des manifestations sur l’espace public parisien.

Paris, le jeudi 21 juillet 2022

La CPME Paris Île-de-France adresse ses félicitations au nouveau Préfet de police de Paris, M. Laurent NUNEZ, qui prend ses fonctions ce 21 juillet, ainsi que ses remerciements à son prédécesseur, M. Didier LALLEMENT, pour son action menée depuis 2019 dans un contexte difficile, avec notamment la menace terroriste et la crise des gilets jaunes.

L’organisation patronale tient à rappeler la persistance de problèmes de sécurité économique dans la capitale avec notamment les violences récurrentes commises en marge des événements et des manifestations sur l’espace public parisien : depuis 2019, ces violences continuent de porter gravement préjudice aux TPE-PME à Paris, qu’il s’agisse des artisans, des commerces ou des services.

C’est pourquoi nous renouvelons notre demande au Préfet de police de Paris et à la Maire de Paris pour qu’ils prennent l’initiative conjointe d’organiser des “états généraux de la démocratie et de la sécurité économique à Paris” avec l’ensemble des parties prenantes concernées, de sorte que l’activité économique et l’image de Paris ne soient plus les victimes collatérales des violences urbaines trop souvent perpétrées tout au long de l’année en marge des manifestations dans la capitale”, indique Bernard COHEN-HADAD, président de la CPME Paris Île-de-France.

L’objectif de ces états généraux serait de partager un état des lieux des questions de sécurité publique liées aux manifestations revendicatives et festives à Paris, et d’identifier les voies et les moyens d’améliorer rapidement, significativement et durablement, dans le respect du droit constitutionnel de manifester pacifiquement, la situation sécuritaire économique parisienne. Pourraient notamment être traités la protection des zones commerciales, l’élaboration des parcours des manifestations et le calibrage des aides financières en faveur des acteurs économiques dont le local commercial est dégradé ou doit être fermé de façon préventive. Pour M. COHEN-HADAD, “l’état d’urgence économique dans lequel se trouvent de nombreux artisans, commerçants, TPE et PME à Paris, affaiblis par les conséquences économiques de la crise sanitaire, après les gilets jaunes et les grèves dans les transports, appelle une protection et une aide d’urgence, faute de quoi plusieurs secteurs de la capitale verront leur dévitalisation commerciale et économique accélérée”.

Vous avez des questions ? Nous contacter !

Rejoignez la première organisation patronale française

Partager ce contenu