Retour

Tribune d’Emmanuel Macron, quelles promesses pour les entreprises ?

Europe
Salon Préventica Paris 2019

Début mars, le Président de la République Emmanuel Macron a publié dans les médias de 28 pays européens une tribune intitulée Une renaissance européenne. À moins de 3 mois des élections européennes, l’heure est à un programme moins large et plus pragmatique que ce qu’il avait abordé lors du discours de la Sorbonne en septembre 2017. Dans sa volonté de refondation de l’Europe, quelles sont les propositions qui concernent les entreprises ?

Une “préférence européenne”

Dans la partie intitulée Protéger notre continent, Emmanuel Macron affirme que les frontières européennes doivent assurer une “juste concurrence”. Pour cela, il souhaite sanctionner ou interdire au sein de l’Union Européenne les entreprises qui mettraient à mal les valeurs ou les intérêts européens (respect de la protection des données, paiement de l’impôt, respect des normes environnementales…). Cette préférence continentale se calque sur ce que font aujourd’hui les marchés nord-américain et chinois.

Progrès & Salaire minimum européen

Dans le chapitre du progrès, Emmanuel Macron propose un “bouclier social” visant à garantir “la même rémunération sur un même lieu de travail” partout en Europe, une disposition déjà prévue, en théorie, dans la réforme du travail détaché adopté en 2017. Le Chef de l’État propose également d’instaurer un salaire minimum européen, discuté chaque année et adapté à chaque pays, sans plus de détails.

Sur la question du progrès, Emmanuel Macron estime que pour “créer des emplois, l’Europe doit anticiper”. À ce titre, il propose la création d’une supervision européenne des grandes plateformes ainsi que des méthodes de financement de l’innovation, ayant pour objectif de “prendre la tête des nouvelles ruptures technologiques, comme l’intelligence artificielle”, ce qui constitue une volonté affichée d’union européenne face aux géants de l’innovation.

Un Grand Débat Européen

C’est sur les trois piliers de sa tribune (Liberté, Protection, Progrès) qu’Emmanuel Macron souhaite bâtir sa Renaissance Européenne. À l’instar du Grand Débat National qui a récemment pris fin, le Chef d’État souhaite un Grand Débat version Europe, une “Conférence pour l’Europe (…) sans tabou, même pas la révision des traités”. Cette conférence, qui devrait associer citoyens, universitaires, partenaires sociaux et représentants spirituels et religieux aurait comme but de trouver des accords sur les évolutions nécessaires à la “Refondation européenne.