Retour

Force Femmes 2019 : L’emploi des femmes dans les TPE-PME

Entrepreneuriat au Féminin
Dans la continuité de l’engagement de la CPME Paris Ile-de-France pour l’emploi dans les TPE et PME franciliennes, Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Ile-de-France, a participé ce lundi 4 février au Grand Débat sur la question de l’emploi des Femmes, lors de la 3e édition de l’Université « Forces Femmes » à la Maison de la Chimie.

Dans la continuité de l’engagement de la CPME Paris Ile-de-France pour l’emploi dans les TPE et PME franciliennes, Bernard Cohen-Hadad, président de la CPME Paris Ile-de-France, a participé ce lundi 4 février au Grand Débat sur la question de l’emploi des Femmes, lors de la 3e édition de l’Université « Forces Femmes » à la Maison de la Chimie.

Les Universités de Force Femmes s’adressent à toutes les femmes en recherche d’emploi ou dans une démarche de création d’activité, désireuses de changer de travail ou au chômage depuis de nombreuses années, auto-entrepreneuses ou aux commandes d’une entreprise en difficulté.

Étaient réunis autour de la table ronde  :

  • Bernard Cohen-Hadad, Président de la CPME Paris Ile-de-France
  • Christine Albanel, Ancienne Ministre de la Culture, Directrice Exécutive RSE, Diversité, Partenariats et Solidarité, Orange France. Présidente de la Fondation Orange.
  • Fabienne ARATA, Country Manager @ LinkedIn
  • Judith Hartmann, Directrice Générale Adjointe @ Engie
  • Stéphanie LECERF, Directrice des Ressources Humaines @ Page Group

Le débat était animé par Ruth Elkrief.

Retour à l’emploi

Sur la question de l’emploi des femmes, force est de constater que beaucoup d’obstacles existent sur la route vers le retour à l’emploi.

En cause, des discriminations liées au genre et à l’âge, des compétences et un parcours dit atypique mal valorisés ou encore une autocensure forte. 

Cette autocensure peut être la cause d’une certaine frilosité coté employeur, qui peuvent anticiper une certaine « difficulté à s’intégrer » ou une « résistance au changement ». 

Néanmoins, bon nombre de femmes concernées sont flexibles : adaptabilité, concessions sur le salaire, sur le prestige du poste par rapport au niveau d’études, sur la distance domicile-travail… 

Des obstacles surmontables

Le Président de la CPME Paris Ile-de-France, Bernard Cohen-Hadad, a rappelé l’importance de l’authenticité dans la volonté de retour à l’emploi. Il s’agit en effet de savoir toujours valoriser son parcours, mais aussi sa personnalité, ses expériences associatives, ses échecs, ses difficultés et la manière dont elles ont été surmontés.

Dans les TPE & PME, « les échecs, la sensibilité, se sont des richesses », a souligné le Président. 

Les soft skills et les compétences transférables doivent également être valorisées pour rendre unique et authentique un profil. Ce sont ces qui rassurent le recruteur sur l’intégration, l’adaptabilité, et de manière plus globale sur la concordance du profil avec l’entreprise.

Pour Bernard Cohen-Hadad, les contrats courts sont une option à ne pas négliger ; ils permettent de « remettre un pied à l’étrier » et permettent de se relancer.

Être accompagné dans son retour à l’emploi peut également simplifier le processus et permettre de lever quelques obstacles.

Pour les TPE et PME, les profils senior constituent donc un atout considérable. Adaptabilité, flexibilité et stabilité sont des qualités recherchées dans les petites entreprises qui offrent bon nombre d’avantages : qualité de vie au travail, flexibilité,  possibilité d’exister dans la prise de décision, peu importe son poste dans l’entreprise…