Retour

“Découvre ma PME” : La rencontre des possibles

Apprentissage
Stage

Le stage de 3ème, inutile, trop court, quel intérêt ? Obligatoire nous répondons et tant mieux ! A la CPME Paris Ile-de-France nous pensons que découvrir le monde du travail dès la 3ème est une opportunité. Nous avons mis en place le programme « Découvre ma PME » afin de mettre en relation nos adhérents et des collégiens à la recherche de stage. Grâce à notre collaboration avec l’APEL de Paris et sa commission “école et monde professionnel”, nous avons pu suivre Amanda et Idriss à l’occasion de leur première immersion professionnelle. Reportage.

Dans une pénombre travaillée, musique de fond qui couvre délicatement les cliquetis des claviers, au milieu des salariés, casques vissés sur les oreilles et absorbés par leurs trois écrans, une jeune fille papillonne de poste en poste. Amanda, élève de 3ème au collège Notre-Dame de Lourdes, fait ses premiers pas dans l’univers du travail, beaucoup plus calme et moins bruyant que ses salles de classe.

Rebutée à l’idée de passer une semaine dans un service comptable, elle est passée par la CPME Paris Ile-de-France pour découvrir le monde encore mystérieux du design. Benjamin Dawidowicz, gérant de Luxigon, spécialisé dans la création d’illustrations d’architecture a aménagé son emploi du temps pour accueillir Amanda selon un système bien rodé. Premier jour, découverte des images et de l’environnement de l’entreprise, deuxième jour, décryptage de la fabrication d’une image et présentation des logiciels avant de consacrer les jours restants aux ateliers pratiques de prise en main de Photoshop et du logiciel de 3D.

Si le dirigeant, qui ne prend aucun stagiaire en dehors des 3ème, nous explique modestement que ce stage de découverte ne saurait transformer un jeune esprit en graphiste confirmé, l’expérience permet toutefois de confirmer ou infirmer une vocation à l’image de ce jeune homme passé entre ses murs avant de s’orienter vers la joaillerie ou la menuiserie, conscient de l’importance de son talent manuel.

Amanda au contraire, qui a découvert pour la première fois Photoshop et la 3D, souhaite poursuivre dans cette direction. Après cette semaine d’immersion où elle s’est sentie plus autonome et responsable, elle a rencontré des femmes et des hommes passionnés par leur métier et repart rassurée quant à son avenir professionnel. Avec cette expérience, elle nous indique avoir appris quelque chose de précieux : en écoutant attentivement, l’apprentissage est plus rapide. Nous quittons donc une jeune personne plus confiante à l’aube d’une future vie lycéenne puis estudiantine encore pleine de défis.

L’art de la transmission

Encore quelques heures avant l’ouverture, Stéphane Malchow, Président de la mythique Brasserie Mollard, nous reçoit dans ses salons classés. Cet infatigable patron qui accueil Idriss, stagiaire du collège Saint-Jean-Gabriel, nous explique qu’il en va de sa responsabilité de former la génération de demain.

Ce fervent défenseur de l’apprentissage part d’un postulat simple, de fait un jeune n’a pas d’expérience, il est là pour partager la sienne. Ici, stagiaire ou apprenti, tout le monde est logé à la même enseigne. L’apprentissage se fait au fil de l’eau dans ses cuisines, à l’office ou en salle. Le jeune arrive avec ses risques, vaisselles cassées, matières premières gâchées mais aussi avec son impertinence qui a le don de réveiller une équipe parfois trop bien installée.

Nous traversons les cuisines, les feux sont poussés, les sauces mijotent, le chef lève les filets de poissons frais et entier, les commis découpent les légumes… Au fond, Idriss fier comme Artaban avec sa tenue flambant neuve financée par la CPME Paris Ile-de-France et son tablier fourni par la maison. Nous découvrons ce jeune homme au sourire facile mais économe en mot, couteau à la main, prêt à faire un sort aux fruits rouge étalés devant lui.

Après avoir vérifié que ce garçon de 14 ans avait encore ses dix doigts, nous comprenons qu’il n’est pas arrivé ici par hasard. Cuisiner à la maison ne suffit pas, il veut en faire son métier. Esprit vif et déterminé, il se renseigne par lui-même sur les filières à suivre et sollicite son école pour trouver le bon stage. Sûr de son choix, une question subsiste : salle ou cuisine ? A la Brasserie Mollard il essaiera les deux. Le choix final ? L’avenir nous le dira.

Un jeune homme comme ça, un regard qui s’illumine, un espoir qui s’ouvre, des craintes qui s’évanouissent sont autant de récompenses pour Stéphane Malchow qui nous confie son unique objectif : donner envie de venir travailler.

Pour faire comme nos adhérents Benjamin Dawidowicz et Stéphane Malchow et donner une chance à un jeune de découvrir votre métier, participez au programme “Découvre ma PME”, remplissez  le questionnaire.

L’Association des Parents d’élèves de l’enseignement libre de Paris – APEL de Paris – est une organisation à but non lucratif, la Commission École et Monde Professionnel animée par Nathalie Brault, à pour but de rapprocher ces deux mondes complémentaires.