Mandats

Le paritarisme à la croisée des chemins
Mandats
La CPME émet des propositions pour refonder le paritarisme

Si les partenaires sociaux ne sont pas exempts de défauts, l’emprise de l’État sur le paritarisme explique en grande partie l’échec des dernières négociations, notamment sur l’assurance-chômage, en février 2019. Début juillet 2019, la CPME a publié 27 propositions plaidant pour un nouveau contrat social entre l’État et les partenaires sociaux, en s’appuyant sur les principes de transparence, de responsabilité et d’indépendance.

« Le syndicalisme d’appareil est mort, je crois au syndicalisme de projet qui est porteur de sens » a affirmé François Asselin en présence de 20 journalistes (Les Echos, Le Figaro, L’Opinion...) avant d’exposer les propositions de la CPME pour plus de transparence, de responsabilité et d’indépendance du paritarisme.
Mandats
Le paritarisme à la croisée des chemins pour une nouvelle démocratie sociale

Aujourd’hui, la CPME rend public un constat sans concession et des propositions audacieuses pour bouleverser les règles de fonctionnement du paritarisme de gestion interprofessionnel et redéfinir un nouveau contrat social. Son objectif n’est pas de «défendre» le paritarisme sous sa forme actuelle mais de lui redonner du sens.